Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > PUBLICATIONS > Rapports de projets > Etre activé, voie passive ? Invitation à dépasser les paradoxes des politiques d’insertion

Etre activé, voie passive ? Invitation à dépasser les paradoxes des politiques d’insertion

Dans un monde en crise où beaucoup parlent de croissance, les politiques perçoivent l’activation comme un moteur pour rendre le citoyen ou la citoyenne actif-ve et productif-ve sur le marché de l’emploi. La politique de l’activation, est pratiquée depuis une petite dizaine d’années en Flandre, elle l’est maintenant aussi en Wallonie et à Bruxelles, et est soutenue par l’Union européenne. Dans un contexte où l’économie est sclérosée par les faillites successives, les délocalisations et les banqueroutes, la société civile la pointe du doigt. La conception visant à développer une approche proactive et individuelle face à la recherche d’emploi a en effet des effets pervers : exclusion accrue en cas d’échec, renforcement du sentiment de culpabilité, apologie de l’individualisme et de la politique libérale qui sous-tend les rouages de notre société.