Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > FLORA ? > Historique

Historique

4 octobre 1994 : Aux origines du Réseau Flora

Naissance de l’association de fait. Six associations de femmes décident de partager leur expertise. Ces associations d’insertion socio-professionnelle et d’économie sociale des trois régions de la Belgique se rencontrent pour échanger des idées et des bonnes pratiques. Elles réfléchissent à leur vision d’une société plus juste. La mission se précise : elles veulent soutenir les personnes peu scolarisées ou dont la scolarité n’est pas reconnue à s’intégrer durablement sur le marché de l’emploi et dans la vie sociale. Pour cette raison naît le réseau Flora.

1994 : Flora fait des ponts sur 3 niveaux

Flora interpelle les pouvoirs publics et crée de nouveaux outils de communication à destination des assocations. Parallèlement, Flora organise une grande rencontre entre des femmes en recherche d’insertion. Flora y met en place des actions pour soutenir l’autonomisation et la participation active des femmes peu scolarisées, dans des projets d’insertion sociale et professionnelle.

1995 – A l’aube d’une expertise co-construite

Pour construire une solide expertise, Flora participe à des projets transnationaux sur la création d’emplois par et pour les femmes. En Belgique, Flora lance une recherche-action pour comprendre les opportunités et les obstacles face à l’insertion socioprofessionnelle des femmes peu scolarisées. Les publics des associations partenaires se réunissent à nouveau pour une grande rencontre basée sur le thème « Demain nous appartient ».

25 décembre 1996 – Création de l’asbl Flora

L’association de fait se constitue en asbl. Les statuts sont publiés au Moniteur. En 1996, Flora perpétue la création de savoir avec les publics des associations : entre des entretiens avec des personnes en parcours d’insertion et la participation à des rencontres du secteur.

1997 – Le genre au cœur de la recherche

Flora s’intègre dans les débats sur l’analyse genrée de l’économie sociale.

1998 – Outiller les professionnels de l’insertion

Un forum réunit à nouveau les publics en insertion sur le thème « Réquilibrer la balance ». L’objectif : interpeller les politiques. Simultanément, Flora diffuse les résultats des recherches-actions sous formes d’outils à destination des professionnels de l’insertion. Elle collabore enfin à la création d’un recueil de bonnes pratiques pour l’égalité des femmes et des hommes dans les actions d’insertion.

1999 – Un travail en réseau

Le Réseau Flora s’étoffe alors que l’association rencontre des représentants politiques et syndicaux. Des associations rejoignent le Réseau et Flora croise les regards des publics, de leurs accompagnateurs et des employeurs.

2000 – Une participation mondiale

Dans l’idée d’un travail en Réseau, Flora intègre le mouvement de la Marche Mondiale des Femmes à Bruxelles et New York.

2001 – Des projets ambitieux

Flora s’engage dans divers projets de Gender Consulting & Training, Netwerking et Jobcoaching. Et alors que d’autres membres rejoignent le Réseau, l’association organise une nouvelle rencontre pour les publics en insertion sur le thème des revenus et de la qualité de vie.

2002 – Un nouveau logo et plus de partenariats

Flora crée son image et lance son nouveau logo. Elle s’investit dans des projets en partenariat et travaille au lancement de la plate-forme pour les familles monoparentales. Par ailleurs, elle travaille sur les représentations sexuées des valeurs du travail et de l’argent. Flora recueille des témoignages de femmes issues de milieux populaires sur la notion de travail et crée des outils pédagogiques et des ressources pour sensibiliser et former à l’égalité entre femmes et hommes.

2003 – Croire en ses capacités

Flora réunit pour la 3e fois les femmes en projet d’insertion. L’objectif : oser rêver et croire en ses talents et son projet personnel. Et pour mieux répondre à cet objectif, Flora s’engage plus intensément dans l’économie sociale et dans l’égalité hommes-femmes.

2004 – Penser une économie durable

Dans un projet en plusieurs phases, Flora cherche à créer un cadre de pensée pour une meilleure collaboration entre l’économie sociale et les entreprises commerciales. L’objectif est de repenser le système économique classique pour une meilleure intégration des groupes précarisés : entre bien-être et prospérité.

2005 – Mobilisation contre la pauvreté

Flora se mobilise lors de diverses manifestations de la Marche mondiale des femmes. Elle soutient son projet de renforcer les associations de femmes , de prévenir la pauvreté des femmes, d’améliorer leur qualité de vie et de développer la solidarité. Flora participe aussi une recherche européenne genrée sur les indicateurs de pauvreté et d’exclusion sociale.

2006 – Rendre visible la réalité

Flora inaugure l’exposition Féminin Pluriel | Vrouwelijk meervoud. L’évènement fait suite à long travail de réflexion et de création avec des groupes de femmes dans les associations. Le projet donne une visibilité à la vie quotidienne et aux talents des femmes précarisées. Dès 2007, l’exposition est délocalisée partout en Belgique. Flora réunit aussi désormais périodiquement son Réseau autour de thèmes qui le concerne : genre, économie durable, etc.

2007 - Création de deux pôles d’activités

Flora scinde son action en deux entités : centre d’expertise et services. En 2007 aussi, un guide méthodologique parait à destination des professionnels de l’accompagnement vers et dans l’emploi.

2008 – Des formations à destination des professionnels

Le projet Gender Consulting & Training devient une spin-off. Le bureau conseil Gender@work est créé. Dès 2008, Flora propose aussi un programme de formation et de supervision en coaching d’insertion sur base de l’expérience acquise en jobcoaching. Flora travaille de surcroit dans des projets de recherche sur la participation culturelle et sur les pensions des femmes précarisées.

2009 – Un cadre pour analyser la société

Flora développe un cadre d’analyse pour comprendre le fonctionnement de la société. Elle affine sa réflexion sur la notion de travail et la met en pratique dans une étude sur la durabilité de l’emploi dans les titres-services. Les résultats sont diffusés en 2009. Une étude sur le vrai travail des acteurs d’insertion parait également.

2010 – Un réseau ouvert pour plus de participation

Flora devient un réseau ouvert et dynamique pour plus de diversité dans les projets. La participation est au cœur des projets de Flora. En 2010 parait l’outil « Du Je au Nous ». Il vise à soutenir un groupe dans la réalisation d’un projet collectif. C’est un parcours d’animation à destination des professionnels de l’accompagnement qui sensibilise à la participation citoyenne. Flora crée également des formations pour les utilisateurs de l’outil. Dans le cadre de l’année Européenne de lutte contre la pauvreté, Flora réunit également plus de 400 femmes et hommes en projet d’insertion autour du thème du « bien-être en commun ». Elle interpelle l’opinion publique sur les facteurs de risques de pauvreté qui entravent l’insertion sociale et professionnelle. Flora lance aussi une réflexion sur le genre et les nouvelles technologies.

2011 – Valoriser le travail social

Flora lance une étude sur la valorisation du travail social à la recherche de nouveaux indicateurs. Flora s’active également sur la thématique des familles pauvres en situation de monoparentalités et produit une recherche méthodologique sur le thème de la violence domestique. Flora lance également un processus de réflexion sur le genre et les nouvelles technologies.

2012 - Etre durable

Flora se positionne en tant qu’acteur de durabilité. L’association se lance notamment dans une étude sur l’innovation sociale. Flora met aussi en place des actions sur l’e-citoyenneté. Les actions de Flora sur la participation citoyenne, sur le travail social, sur l’économie et le coaching d’insertion sont encore en cours.