Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > ACTUS > Rien de nouveau sous le soleil

Rien de nouveau sous le soleil

Machos d’aujourd’hui et d’hier, même combat !

Le film en caméra cachée réalisé par Sofie Peeters dans les rues de Bruxelles a soudain mis sous les projecteurs les machos qui importunent les jeunes femmes dans l’espace public. Toute femme sait que ces comportements sont d’une grande banalité. Et ils n’ont rien non plus de nouveau, comme le montrent des notes que j’avais prises en 1976.

Faisant du rangement dans mes paperasses, je tombe sur un classeur où j’avais rassemblé des observations sur mon vécu de féministe dans la société, disons, en pleine évolution des années ’70. J’en extrais une anecdote précisément datée et située : 18 juin 1976, dans le bus entre Gembloux et Perwez. Voici l’histoire.

Je m’assieds à côté d’une jeune fille qui avait l’air pas très à l’aise et devant un vieux type fumant une cigarette et sentant la bière. Le type m’apostrophe avec un fort accent wallon et je lui réponds :

Moi - ’Si c’est à moi que vous parlez, commencez par éteindre votre cigarette. Il est interdit de fumer dans les bus. Lui - Elle a raison. Je vais l’éteindre. Et alors, vous me répondez ? Moi - Ça, ce n’est pas prouvé.’

On entend des grommellements informes et le type fume deux cigarettes sur le parcours (parcours qui devait durer une dizaine de minutes, si je me souviens bien) :

Lui qui continue - ’Chameau… Celui qui mariera celle-là, il fera la vaisselle. Enfin, maintenant, il y a des lave-vaisselle mais il faut tout de même mettre dans le bac… Y faudrait se mettre à genoux devant un chameau pareil… On croirait la comtesse de Montaigu et elle pisse devant comme les autres… On n’aurait jamais dû donner l’égalité… Les femmes qui veulent travailler, qu’elles travaillent comme nous… Chameau… Bonne à enfermer… Pas capable de répondre quand on lui parle poliment… Ah, son mari, il n’a rien à dire chez lui… Allez, une cigarette, on ne va tout de même pas se gêner pour le chameau… On est tout de même libre.’"

Le bus était loin d’être vide et, bien entendu, personne n’a jugé utile de faire taire le grossier personnage.

Ah ! le plaisir charmant de devenir vieille, comme dirait Gréco : au moins, on peut se promener sans essuyer ce genre de commentaires. Et quand d’aventure un homme vous siffle, on peut voir le côté positif de l’affaire : au moins, on fait encore illusion…


Marie-Rose Clinet