Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > ACTUS > Ouvrir les possibles pour une valorisation du travail social

Ouvrir les possibles pour une valorisation du travail social

En préparation à une journée d’étude qui aura lieu le lundi 24 octobre 2011 et qui rassemblera associations et politiques sur la question de la valorisation du travail social au sein d’une société dominée par l’économie de marché, l’asbl Flora invite les associations à participer à un groupe de réflexion sur la qualité du travail réalisé dans les organismes d’insertion au sens large du terme.

Du « vrai travail » des acteurs d’insertion à une étude de cas : genre et nouvelles technologies

L’asbl Flora a mené en 2009 une recherche-action sur le « vrai travail » des acteurs d’insertion (1), à partir de laquelle est apparue la nécessité de nommer, de rendre visible et de valoriser le travail d’insertion sociale et professionnelle réalisé par les associations. De là est née une réflexion sur la durabilité et la reconnaissance des initiatives d’insertion sociale réalisées par les associations. Cette réflexion, développée avec les travailleurs sociaux, mènera à une journée d’étude en octobre à laquelle les politiques seront invité-e-s à participer. Dans un premier temps, cette réflexion s’est concentrée sur la question des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et a mené à la journée d’étude « Le genre, ça vous TIC ? ».
Cette journée et le travail préparatoire avec quelques associations (2) ont permis de
développer une analyse genrée de la place des TIC au niveau des associations,
soulever la difficulté de rendre les projets TIC durables,
nommer les paradoxes entre les missions de l’insertion et l’exclusion de certains publics précarisés induite par les critères quantitatifs des pouvoirs subsidiants,
identifier la plus-value du travail en réseau. La réflexion initiée par le groupe de travail préparatoire a pu être présentée au niveau européen, lors d’un workshop Youth at Risk and ICT, organisé par l’Institute for Prospective Technological Studies (3).

Invitation(s) à poser un regard innovant sur la valorisation du travail d’insertion

Aujourd’hui, la réflexion va se poursuivre et s’élargir au travail d’insertion dans son ensemble : comment favoriser, valoriser et soutenir l’insertion durable des personnes précarisées ? Nous vous invitons à faire partie d’un groupe de travail qui sera composé de coordinateurs-trices d’associations d’insertion (OISP, EFT, organismes d’éducation permanente…), mais aussi de coupoles ou de fédérations et qui s’attachera plus particulièrement aux moyens de mettre en valeur la qualité du travail d’insertion sociale, sans plus se limiter à la question de l’insertion numérique, et au-delà des résultats quantitatifs faisant référence à l’employabilité des personnes formées. Sans entrer dans une technicité qui n’est pas l’objet d’une association telle que Flora, ce sera également l’occasion d’évoquer les référentiels de compétences, à l’ordre du jour tant pour la Région de Bruxelles-Capitale que pour la Région wallonne.
Ce travail permettra d’imaginer des moyens concrets d’action pour
reconnaitre et valoriser autrement que par les seuls indicateurs de quantité, le travail d’insertion sociale réalisé par les associations d’insertion,
se dégager d’une dynamique de concurrence contraire aux missions et aux valeurs de l’associatif
renforcer le réseau associatif et les collaborations au niveau local, en vue d’une plus grande durabilité du travail d’insertion.

Le groupe de travail se réunira les mardi 28 juin et 13 septembre. Si vous souhaitez y participer, veuillez contacter Isabelle De Vriendt via mail (isabelledevriendt[a]florainfo.be).

Par ailleurs, un comité de pilotage interne du projet Coaching d’insertion sera consacré à la mise au point d’indicateurs permettant aux coachs d’auto-évaluer l’accompagnement qu’ils procurent. Les personnes qui ont participé à une ou plusieurs formations en coaching d’insertion y sont invitées. Le rendez-vous est fixé au 30 septembre à Namur.

Engager les politiques dans la réflexion

Les conclusions des travaux du groupe de travail des 28 juin et 13 septembre et du comité de pilotage du 30 septembre serviront de base pour la journée du 24 octobre. Cette journée d’étude vise à poursuivre la réflexion, partie du malaise exprimé par les associations de devoir « rendre des comptes » aux pouvoirs subsidiants en se basant sur des chiffres qui ne reflètent pas (assez) la qualité du travail d’insertion réellement fourni par les organismes d’insertion et de ne pas être suffisamment reconnus pour celui-ci, tant par les politiques que par le grand public. Nous invitons les politiques actifs dans les différents niveaux de pouvoir à s’engager dans ce processus de co-construction, avec les associations, lors de la journée d’étude. L’objectif sera alors, tant pour les associations que pour les politiques, de nommer les actions de valorisation déjà mises en place et de voir comment les rendre durables. Il s’agira également d’explorer ensemble des moyens de valorisation novateurs, de manière à développer une dynamique positive et transversale de soutien des politiques aux actions des organismes d’insertion, et à mettre en évidence en quoi, à partir des réalités de terrain, les organismes d’insertion peuvent concrétiser les objectifs des politiques d’action sociale, d’égalité des chances et d’emploi.


Notes
(1) Notion développée par Christophe DEJOURS dans Le travail entre espoir et désespoir, novembre 2007. La recherche-action a été réalisée avec 6 associations wallonnes et bruxelloises : Espaces, Déclic-Emploi, La Source, Le Germoir, La Calestienne et Vie Féminine Bruxelles.
(2) Abraço, COBEFF, Collectif des Femmes et Interface3. Un rapport de la journée d’étude est disponible sur demande auprès de isabelledevriendt[a]florainfo.be
(3)“The paradox of ICT and Social Inclusion : Do ICTs increase Opportunities for Young People at Risk ?”, Bxl, 1&2/12/2010