Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > ACTUS > Genre et technologie : une histoire complexe !

Genre et technologie : une histoire complexe !

13 septembre 2011
Flora se mêle au débat sur la technologie

La science et la technologie ont souvent été considérées comme une porte d’entrée au succès économique. Mais ce sont des secteurs qui embauchent essentiellement des hommes. Alors faut-il plus de femmes dans ces clubs masculins ? Le débat est ouvert.

Technologie et genre : tant de questions !

Dans la stratégie 2020, l’Union européenne mise sur une économie de la connaissance compétitive. Dans notre propre pays, les ambitions sont élevées dans ce domaine et le « cerveau » est déjà considéré comme une matière première.
Jusqu’à présent, les domaines des sciences et des technologies employaient essentiellement des hommes, en tant que chercheurs ou concepteurs. Mais une technologie développée principalement par des hommes est-elle neutre au niveau genre ? Est-ce une faute des femmes de s’être tenues éloignées jusqu’à présent de ces domaines de compétences ? N’y aurait-il pas des mécanismes de genre qui se joueraient dans ce modèle dominant de la science et des technologies ?

Le concept de genre implique en même temps et fait le lien entre
des qualités personnelles : la place que les gens prennent à l’égard des lignes de fracture sociale telles que le sexe, le niveau scolaire, l’origine ethnique, l’âge…
une position sociale de puissance ou d’impuissance : à quels rôles les hommes et les femmes ont accès ou pas, ces rôles sont-ils socialement valorisés ? …

Pourquoi si peu de femmes prennent part au développement technologique ? Font-elles les mauvais choix d’études ou de carrières ? Sont-elles « mal » éduquées ? Les médias et autres instances leur imposent-ils des schémas de comportements socialement déterminés et stéréotypés ? Peut-être aussi, la vision dominante des sciences et des technologies ne reconnait-elle pas les expériences et les points de vue des femmes, et mettrait donc en place des structures académiques et industrielles taillées pour les hommes ? Et pouvons-nous après Fukushima encore dire que les femmes ont eu tort de ne pas avoir contribué dans une même mesure que les hommes aux évolutions technologiques ?

1000 fleurs et grenades !

À toutes ces questions, l’IST (Instituut voor Samenleving en Technologie) a consacré un recueil qui a pour titre « Duizend bloemen en granaten. Over gender, wetenschap en technologie », traduit « 1000 fleurs et grenades. Sur le genre, la science et la technologie (1) ». La publication sera présentée au public le 10 novembre durant une journée d’étude au Parlement flamand. Flora a eu la chance de partager son analyse genrée du travail en lien avec ce thème captivant et a contribué au recueil. Nous vous invitons donc cordialement à participer à cette journée d’étude. Plus d’infos sur le site de l’IST. La participation à la conférence est gratuite mais l’inscription est obligatoire. La date butoire d’inscription est le lundi 24 octobre.