Plateforme d’interventions sur les pratiques et dynamiques sociales

Accueil > ACTUS > Flora y était ! Colloque : "Les ouvrières de la Fabrique Nationale changent l’histoire"

Flora y était ! Colloque : "Les ouvrières de la Fabrique Nationale changent l’histoire"

  • De quoi parle-t-on ?

    À liège, le 24 et 25 mars 2016 se tenait un colloque intitulé « Les ouvrières de la FN (Fabrique Nationale) changent l’histoire.
    Une rétrospective de ce que 3000 femmes ont réalisé durant la grève de 1966, qui prend en compte les différents champs d’influence, ainsi qu’un constat et des perspectives de leur action. Nous avons pu aborder la question sous de nombreux angles : Depuis la place de la femme dans un milieu traditionnellement masculin aux influences de cette action collective sur l’Europe en passant entre autre par la relation grève-syndicat ou encore le poids médiatique donné à ces actions dans notre société ; le colloque a permis des visions plurielles de cet événement.

  • Pourquoi Flora s’y intéresse ?

    L’ASBL Flora s’est intéressée à cet événement pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la grève des femmes de la FN est un événement marquant qui s’appuie sur « Le principe de l’égalité des rémunérations entre les travailleurs masculins et les travailleurs féminins pour un même travail » Traité de Rome – Article 119 – 1957, et donc sur le développement de l’action politique européenne en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes telle qu’on la connaît aujourd’hui au niveau de la Belgique et de l’Europe. Il nous semblait non seulement important, mais également nécessaire de connaître le passé de la lutte pour cette égalité, toujours d’actualité.
    De manière plus générale, la longue grève de ces femmes n’a pas seulement été bénéfique pour elles, mais a eu également des retombées positives sur l’ensemble du monde ouvrier. Comprendre un mouvement social dont le pouvoir politique est détenu par une minorité nous a semblé d’une importance capitale, qui plus est, lorsque les femmes sont le moteur de l’action.

  • Qu’en avons-nous pensé ?

    Il est important de préciser que la subjectivité de ce paragraphe peut donner lieu à une multitude d’avis divergents de la part d’autres personnes/institutions ayant participé également au colloque.
    Tout d’abord, signalons la qualité du colloque. En effet, l’ensemble des thèmes abordés avaient la chance d’être traités par des conférenciers non seulement spécialistes sur le thème, mais également passionnés.
    Le point fort du colloque était d’aborder un même fait et ses répercussions afin de l’analyser selon différentes optiques, différentes dimensions. Nous avons pu dès lors nous rendre compte de la complexité sociétale, humaine et politique que peut engendrer une action sociale d’une telle envergure.

C’est cependant avec un sentiment mitigé que nous sommes sortis du colloque. Car d’un autre côté, les constats abordés n’étaient pas nécessairement positifs, loin de là. Par exemple, selon Sophie Jacquot (Centre d’études européennes de Sciences Po), bien qu’elle parle des ouvrières de la FN comme les « vraies mères fondatrices de la construction européenne », elle constate qu’aujourd’hui l’Europe n’avance plus dans ces domaines d’inégalités, mais va même jusqu’à régresser sur certaines questions telles que l’égalité du genre, qui comme beaucoup d’autres inégalités, la solution semble toujours aussi lointaine. Si les questions ou thèmes ont pu changer, on ne peut qu’avoir l’impression que les mêmes événements, les mêmes injustices se rejouent inlassablement. La lutte des femmes de la FN, bien que remarquable du point de vue de l’émancipation sociale, semble être un coup d’épée dans une eau trop trouble pour voir le fond.
Vis-à-vis de ce sentiment de répétitivité, nous nous interrogeons sur les moyens à mettre en œuvre pour continuer à favoriser l’égalité. Nous faisons l’hypothèse, pour ne pas dire le constat, que si la question des « femmes-machine » est heureusement résolue en Belgique, d’autres champs sociaux sont investis de l’inégalité du genre et que mettre en place des actions visant à rétablir l’égalité est plus que jamais une enjeu actuel.

Vous voulez en savoir plus ? www.carhop.be

Cet article vous a intéressé ?
Contactez notre chargé de projet Armand-Marie Rahier pour plus d’infos ou pour échanger vos commentaires.